L’efficacité et la pertinence de ce traitement supposent l’analyse critique et un esprit de hiérarchisation de la part des auteurs du TPE. Cela va leur permettre de repérer les différents supports de l’information (journal papier, livre numérique… ) et d’identifier leurs sources (auteur, nom de l’ouvrage).

Ainsi, traiter le contenu informatif d’un document consiste pour les élèves à apprendre à lire un document en lecture rapide et à sélectionner les données à mettre en forme indispensables au traitement du sujet. Ils doivent ensuite procéder au recoupement des informations qu’ils recueillent pour les valider dans le parcours informationnel.

Repérer la valeur des supports de l’information, de ses différents formats

L’information est véhiculée sur des supports, par des canaux (télévision, radiodiffusion, livres documentaires, journaux papiers, CD- Rom, sites internet…), qui interviennent par leur forme sur le contenu même de l’information. L’élève ou le groupe d’élèves doit donc avant tout préciser le support du document et l’impact de ce support sur le sens et la valeur du document  qu’il étudie.

Les livres documentaires, les DVD et les CD- Rom sont considérés comme des supports d’information dont le contenu est stabilisé, définitif. Cependant, pour être sûr de la fiabilité de l’information, il est conseillé aux élèves d’utiliser l’édition la plus récente. Les ouvrages sont organisés en parties, en chapitres : Il faut s’aider des sommaires, des tables des matières et index pour s’y retrouver. Néanmoins, il convient de mettre en garde les usagers sur le fait qu’extraire un passage de son contexte peut en transformer le sens.

Quant à la presse (papier ou audiovisuelle) et aux sites internet, il s’agit de supports d’information dont le contenu est sujet à modifications : leur texte est conçu pour ne pas durer, ces supports véhiculent des informations qui varient régulièrement. La qualité de l’information qu’ils contiennent varie en fonction des rectifications mises en oeuvre par les rédacteurs et par les effets de correction opérés par le lecteur lorsqu’il en effectue une lecture régulière. La navigation sur les sites internet s’effectue par l’intermédiaire de pages figurant au menu de ceux- ci. L’arborescence de chaque site web visité retrace son architecture, de manière équivalente au sommaire d’un journal papier.

Seuls les supports d’information précédents ont vocation à la transmettre, les oeuvres d’art ne se définissant pas quant à elles par le devoir de vérité. Elles peuvent être un support à la réflexion, à l’illustration d’une idée, mais ne doivent pas être présentées comme des « preuves ».

Identifier les sources et évaluer la fiabilité de leur contenu informatif

C’est la première opération à effectuer avant même d’entamer l’observation d’un document. Les éditeurs, les journaux et les sites peuvent être qualifiés de plus ou moins sérieux. Seule leur manipulation régulière habitue l’utilisateur à déterminer le « sérieux » de sa source. Une fois ce label attribué, on peut généralement s’y fier. Ainsi, au sein de la presse « papier », un quotidien d’information local gratuit comme  « 20 minutes » présente au niveau des sources d’information dans lesquelles il est puisé un caractère peu vérifiable du contenu informatif, rendant donc celles- ci peu fiables. En revanche, un grand quotidien d’information national comme « Le Monde » a ses sources généralement nommées, précisées, rendant ainsi le contenu informatif délivré beaucoup plus fiable.

D’où l’intérêt pour l’utilisateur de comparer les informations trouvées dans différents documents et de vérifier  le caractère plus ou moins récent de la date du document afin de pouvoir en vérifier le « sérieux ».

Dans tous les cas, il convient de préciser pour chacune des recherches effectuées. Aussi indiquera- t- on s’il s’agît d’un livre le nom de l’auteur, le titre complet (figurant en italique), l’éditeur, le lieu et la date de publication, le numéro des pages consultées. S’agissant d’un journal ou d’une revue, on prendra en compte le nom de l’auteur, le titre de l’article (entre guillemets), le titre (en italique), la date de publication. Pour ce qui est du site internet, on recherche le nom de l’auteur (qui n’apparaît pas toujours), le titre du document, l’adresse du site, la date de mise en ligne du message ou, à défaut, date de consultation du site.

Dans la mesure du possible, on indique ce qu’on sait de l’auteur, ses qualifications, ses affiliations à telle ou telle association. Cela permet d’apprendre à travailler avec rigueur.